Perte d’appétit chez les chats : causes possibles

Si la perte d’appétit des chats est temporaire, la cause est généralement inoffensive et il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Elle est pire si elle dure plus d’une journée ou si elle s’accompagne d’autres symptômes.

La plupart des chats aiment manger, et le plus souvent possible. Si ce n’est pas le cas, elle peut avoir de nombreuses causes inoffensives : peut-être que la nouvelle nourriture n’a pas bon goût, peut-être que le voisin voulait bien faire et a donné à la patte de velours une ration spéciale de nourriture, ou qu’il fait tout simplement trop chaud dehors. Vous ne devez vous inquiéter que si vous pouvez détecter l’un des signaux suivants.

Quand la perte d’appétit chez les chats doit être clarifiée par le vétérinaire ?

Si votre chat domestique bien-aimé refuse de se nourrir pendant plus d’une journée, vous devez l’emmener chez le vétérinaire, même s’il est bien élevé et que vous pensez que quelques grammes de moins ne pourraient pas lui nuire. Si le chat semble fatigué ou même apathique, vous devez demander conseil à un spécialiste au préalable.

Il en va de même pour les chats qui, outre l’incapacité de manger, ont de la fièvre, des vomissements ou de la diarrhée. Même si vous remarquez un autre changement chez votre chat, il est préférable d’aller chez le vétérinaire une fois de trop qu’une fois de trop peu.

Causes possibles de la perte d’appétit

Les causes les plus inoffensives de la perte d’appétit des chats sont la chaleur de l’été, la chaleur en chaleur ou une nourriture qui n’est pas du tout celle qu’ils désirent. Dans ces cas, la faim revient généralement aussi vite qu’elle est passée. Le stress, la tristesse et des changements importants comme le fait de bouger peuvent également empêcher votre nez de manger.

D’autres causes courantes de suralimentation sont les problèmes dentaires, l’inflammation de la bouche et de la gorge ou les parasites tels que les vers. Si votre chat souffre d’une maladie ou d’un empoisonnement plus grave, vous le remarquerez généralement à d’autres symptômes et à un mauvais état général.

Les types d’allergies chez le chat

Type I : l’hypersensibilité immédiate se manifeste généralement en quelques secondes ou minutes est le type d’allergie le plus courant chez les chats production d’anticorps IgE, qui entraînent une forte augmentation de l’histamine dans l’organisme. Exemple : asthme allergique.

Type II : l’hypersensibilité cytotoxique se manifeste en quelques heures les liens entre les antigènes liés aux cellules et les anticorps de l’organisme (immunoglobulines G, IgG) entraînent la formation de complexes immunitaires qui, à leur tour, provoquent la destruction de cellules de l’organisme telles que les plaquettes sanguines (thrombocytes) ou les globules rouges (érythrocytes).

Type III : hypersensibilité médiée par complexe immun se manifeste en quelques heures forment également des complexes immuns entre les antigènes et les anticorps, or cette réaction n’est pas seulement liée aux cellules, mais aussi aux antigènes libres. Exemple : vascularite allergique (angeite).

Type IV : hypersensibilité retardée se manifeste après plusieurs heures ou jours certaines cellules immunes (lymphocytes T) attirent d’autres cellules immunes vers l’allergène et y provoquent une inflammation. Exemple : rejet d’une greffe après une intervention chirurgicale.

Les allergies dues à l’environnement (atopie)

Comme les humains, les chats peuvent développer des allergies à divers allergènes environnementaux tels que le pollen ou la poussière. Cette dernière cause habituellement une inflammation cutanée allergique toute l’année, alors que l’allergie au pollen se produit généralement de façon saisonnière. Parmi les allergènes environnementaux, nous trouvons également les spores de moisissure ou les parfums contenus dans certaines litières pour chat.

Dermatite par allergie aux piqûres de puces

Bien souvent, les réactions allergiques chez le chat sont causées par une infestation de puces, et plus précisément par la salive des puces. Typiquement, les chats atteints présentent de petits nodules inflammatoires sur le dos. On parle aussi de « dermatite miliaire ». À force de se lécher abondamment à cause des fortes démangeaisons, les infections secondaires bactériennes ou fongiques peuvent aggraver l’inflammation de la peau.

Les allergies alimentaires

Au même titre que les allergies aux puces, les allergies alimentaires sont les plus fréquentes chez les chats.

Elles peuvent survenir spontanément et entraîner démangeaisons, vomissements et diarrhée. Il est important de distinguer une allergie alimentaire d’une intolérance alimentaire, qui, elle, n’est pas déclenchée par une hypersensibilité à médiation immune.

Le complexe granulome éosinophilique félin (CGEF)

Il n’y a pas de cause connue pour cette maladie allergique spécifique aux chats. Cependant, on suppose qu’une infestation de puces, par exemple, peut avoir un effet déclencheur. La maladie entraîne de fortes réactions défensives du système immunitaire, provoquant principalement dans la région de la bouche des nodules inflammatoires (granulomes éosinophiles) et parfois de fortes douleurs. En plus de l’inflammation des muqueuses, des inflammations peuvent également survenir sur la peau à d’autres régions du corps comme la tête ou l’intérieur des cuisses.

Allergie alimentaire chez les chats : que faire ?

L’allergie alimentaire peut être induite par un ou plusieurs ingrédients présents dans la diète de votre animal. À titre d’exemple, citons les protéines de bœuf ou de poulet, les produits laitiers (lait, fromage, yogourt), les œufs, le poisson, certaines céréales (soja, blé, maïs), les agents conservateurs et les colorants.

Notez que les démangeaisons (prurit) associées à l’allergie alimentaire peuvent apparaître à n’importe quel âge et même chez un animal qui mange la même diète depuis plusieurs années. De plus, il est rare que le prurit cesse simplement en changeant d’une diète commerciale à une autre car les diètes commerciales contiennent souvent plusieurs ingrédients communs.

Diagnostic

Le diagnostic d’allergie alimentaire se confirme ou s’exclu à l’aide d’un régime d’éviction (test avec une diète hypoallergène). Il peut s’écouler jusqu’à 12 semaines avec cette diète avant que le prurit cesse complètement. Il faut donc continuer le régime d’éviction pendant 12 semaines avant d’exclure le diagnostic d’allergie alimentaire. Par contre, si le prurit cesse bien avant la fin des 12 semaines, il ne sera pas nécessaire de compléter les 12 semaines avec cette diète test.

Le régime d’éviction peut se faire soit à l’aide d’une diète hypoallergène commerciale ou une diète cuisinée maison. La diète cuisinée maison est généralement préférée car on estime qu’environ 20 % des chats souffrant d’allergie alimentaire sont allergiques aux diètes hypoallergènes commerciales (agents conservateurs ou autres additifs, contaminations croisées). Ainsi le test réalisé avec la nourriture cuisinée maison diminue le risque produire des résultats faussement négatifs.

Régime d’éviction maison

Le régime d’éviction maison consiste en une source de protéine animale que votre chat n’a jamais mangé auparavant (lapin, agneau, cheval, chevreuil).

Puisque certain chats sont capricieux, il est parfois difficile de leur faire manger que de la viande bouillie d’autant plus si on lui ajoute une source de glucide (ex : pomme de terre, pois verts). Pour cette raison, on recommande de n’utiliser que de la viande bouillie au début. Si celle-ci est bien acceptée par le chat, il est possible par la suite de tenter de substituer une portion de la viande par une source de glucide afin de réduire le coût.

Notez que cette diète hypoallergène maison ne doit être utilisée que pour la durée du test car elle n’est ni complète ni équilibrée. Toutefois, elle n’occasionnera aucun problème de santé chez le chat adulte qui en mange durant un maximum de 12 semaines.

Chez le chat en croissance et chez les chats qui n’acceptent pas la diète maison, on recommande de faire le régime d’éviction avec une diète hypoallergène commerciale. Si le niveau de prurit demeure inchangé après 12 semaines, on recommande de répéter l’essai avec une deuxième diète hypoallergène commerciale afin d’exclure le diagnostic d’allergie alimentaire.

Les tests allergiques : à quoi réagit votre chat?

La méthode la plus efficace pour vérifier la présence d’une allergie chez le chat et trouver l’allergène coupable, est de pratiquer un essai sur 12 semaines. Certains aliments sont alors retirés du régime alimentaire puis réintroduits afin de voir quels sont leurs effets sur les symptômes.

Etant donné que la plupart des aliments pour chat sont à base de poisson, de bœuf, de poulet, de produits laitiers, de maïs et de blé, il s’agit de donner à votre chat des aliments qu’il n’a pas encore mangés, comme de l’agneau ou du lapin, avec du riz ou des pommes de terre.

Vous ne devez donner que cette nouvelle nourriture à votre chat pendant toute la durée de l’essai. Celui-ci devra être mené sous la supervision de votre vétérinaire.

Les traitements

Le traitement d’une allergie chez le chat dépend de la cause et de l’ampleur des symptômes.

Les traitements suivants peuvent être nécessaires pour améliorer la qualité de vie ou même la probabilité de survie du chat atteint d’allergies :

  • Antiallergiques (antihistaminiques)
  • Médicaments immunosuppresseurs
  • Shampooings apaisants à effet anti-inflammatoire
  • Infections secondaires : Antibiotiques (après test de résistance) ou antimycotiques
  • Désensibilisation (hyposensibilisation) par l’administration à vie d’allergènes produits individuellement

Prévention des allergies chez le chat

Les allergies chez les chats sont très fréquentes et sont généralement bénignes. Dans de rares cas, cependant, le chat subit un grave choc anaphylactique induisant un étouffement pouvant être fatal. C’est pourquoi il est très important de prévenir toute crise allergique.

Comment prévenir les risques d’allergies chez le chat ?

Une allergie peut survenir à n’importe quel moment. Ainsi, pour réduire le risque de développement ou de rechutes allergiques, vous pouvez prendre les mesures prophylactiques suivantes :

  • Éviter de mettre le chat en contact avec tout allergène
  • Utiliser des antiparasitaires
  • Faire une désensibilisation.

Adapter le régime alimentaire d’un chat souffrant d’allergie

Une fois la période de 12 semaines écoulée, réintroduisez, chaque semaine, l’un des aliments de l’ancien régime alimentaire de votre chat (poisson, poulet, blé), afin de voir comment il réagit à chacun d’entre eux. Si les symptômes se manifestent lors de l’introduction de l’un de ces aliments, vous aurez peut-être trouvé le coupable.

Lorsque l’aliment suspect aura été identifié, votre vétérinaire vous conseillera d’arrêter de le lui donner, et de le réintroduire encore une fois plus tard. En effet les chats réagissent souvent à un nouvel aliment, indépendamment de tout problème d’intolérance. Une nouvelle mise en contact pourra n’avoir aucun effet.

Calmer son chat avec du CBD
Traiter l’asthme chez le chat